Mode

Comment Appelle-t-on une personne qui a peur des autres ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Tmide ou phobique ?

Au-delà de la célèbre réplique de Jean-Paul Sartre dans sa pièce Huis Clos , la phobie sociale est une peur intense de se retrouver dans des situations où l’on est confronté aux yeux des autres .

Attention, ce n’est pas seulement de la timidité ou du harcèlement quand vous avez besoin de parler en public. Dans Trac ou timidité, vous vous sentez mal à l’aise dans une situation particulière, mais progressivement malaise, l’anxiété diminue. Avec une phobie sociale, l’anxiété ne diminue pas, au contraire, elle peut même augmenter. Pour la personne souffrant de phobie sociale, l’anxiété est si forte qu’à la fin, il évite de plus en plus de situations qui causent des problèmes. D’où la grande difficulté de consulter et/ou de demander de l’aide.

Lire également : Quelles chaussures avec pantalon Pied-de-poule ?

« Imaginez vous sentir seul que vous intégrez veulent. Chaque fois qu’il y a une possibilité que vous réfléchissiez à remettre la situation dans votre esprit encore et encore, vous prenez toujours en compte les scénarios les plus sombres. Le moment venu, vous voulez participer, mais vous vous mettez de la pression sur vous-même. Vous avez en vous une terrible peur qui saisit votre ventre, comme une main invisible qui a un plaisir intelligent à tordre vos intestins, vous empêchant de vous paralyser, et soulever cette terreur phobique et dévastatrice en vous de plus en plus. Vous ne voulez plus ressentir cette peur insupportable, vous ne voulez plus vous sentir mal, alors vous retirez progressivement de la vie sociale. »

A découvrir également : Quel type de haut avec une jupe ?

Extrait de la déclaration d’un étudiant consultant aux Happsy Hours

Où est ce que c’est ? Quand ? Qu’est-ce que c’est ?

situations qui affectent la phobie ne sont pas les mêmes pour tous, mais ce qui revient d’une certaine façon, c’est le fait que la personne se sent soumise au verdict d’autrui Les ou a peur d’avoir des réactions gênantes envers les autres.

Par exemple :

  • Peur de rougir en présence d’une autre personne
  • Peur de transpiration publique
  • Peur de parler, de nourriture/de boire en public
  • Peur de ne pas être debout
  • Peur de la déception
  • Peur d’être au centre de l’attention
  • Peur de parler avec des étrangers
  • Difficulté à regarder quelqu’un dans les yeux
  • Peur d’être vu, payer, écrire, lire, etc.
  • Peur d’entrer dans une pièce où tout le monde est déjà assis
  • Peur de parler en public
  • Peur de faire quelque chose de ridicule, se ridiculiser en public

Et nous pouvions voir beaucoup d’autres exemples trouver !

La phobie sociale peut affecter une situation particulière ou plus de situations. Ce qui motive la peur, ce sont les pensées qui y sont associées. Ce sont des pensées « déformées » dans le sens où elles ne sont pas adaptées à la réalité ou exagérées, par exemple, « tout le monde pensera que je suis bouleversé ». Puisque ces pensées sont envahies par ces pensées, nous ne sommes plus en ce moment, ce qui conduit parfois à une action inappropriée (par exemple, « continuer à répondre » parce que nous n’avons pas vraiment entendu la question), ce qui confirme à long terme le sentiment d’être « zéro ».

Nous sommes tous obligés d’être dans des situations sociales qui nous font peur. C’est, d’une certaine manière, notre « alarme émotionnelle » qui est activée. Dans la phobie sociale, c’est cette « alarme émotionnelle » qui est déréglementée et provoque la panique (transpiration, esprit floue, cœur, agitation battements, etc.)

« Vous avez eu des rêves, des projets, il faut les réaliser. Les questions tremblent dans votre esprit. Vous ne comprenez pas. Pourquoi ça t’arrive à toi et pas à quelqu’un d’autre ? Êtes-vous plus faible que les autres ? Tu es folle ? La réponse est « non ». Non, tu n’es pas fou, ni estampillé ou fou. Tu n’es pas faible non plus. Votre corps réagit aux situations passées qui l’ont profondément influencé, il vous dit d’arrêter de vous demander de vous reposer.

Extrait de la déclaration d’un étudiant consultant aux Happsy Hours

Est-ce la guérison, Docteur ?

Bien sûr !

« Quand il vous atteint, vous sentez que vous touchez le sol. Vous êtes au milieu de vos études, mais vous ne pouvez plus aller à des cours ou des examens. C’est dur, mais une chose est certaine, cela n’a pas d’important. quel compte êtes-vous et votre santé, votre santé passe avant l’obtention du diplôme. Guérissez-vous et vous aurez l’occasion de travailler comme un dur une fois que vous serez guéri. Heureusement, les organisations, les médecins, les psychologues sont là pour vous aider. »

Extrait de la déclaration d’un étudiant consultant aux Happsy Hours

L’ approche la plus reconnue du traitement des phobies aujourd’hui est la thérapie cognitivo-comportementale, mais il y en a d’autres.

Les thérapies cognitives comportementales utilisent plusieurs méthodes :

  • « Restructuration cognitive  » : Étudier les pensées derrière cette phobie et les remplacer par des pensées plus utiles
  • « désensibilisation systématique  » : les techniques de relaxation sont apprises afin qu’elles puissent être utilisées dans la situation d’anxiété
  • l’ « exposition( fr)  », qui consiste à résoudre les situations problématiques. Avec l’aide du professionnel, nous dressons une liste de situations difficiles, du moins au « pire du pire », et nous les affrontons progressivement.

L’ élève qui nous offre sa déclaration nous parle de ces différentes méthodes :

« 1. Si vous tombez, il vaut mieux se lever « , disons-nous. La première étape est l’acceptation. Le phobe est trop exigeant et acérique avec lui-même. Il doit s’accepter et mettre ses erreurs en perspective. Il doit apprendre à voir ses qualités et s’accepter à accepter le regard de l’autre.

2. Souffle Savoir respirer correctement est très important pour une crise de panique, pour pouvoir retrouver son calme. Fermez les yeux, faites un vide dans sa tête ou imaginez un endroit paisible et respirez profondément. Respire, expirez.

3. Exposition à des situations redoutables. Cela doit être fait étape par étape. Il est nécessaire de persévérer, de vous contrôler et de ne pas échapper à la situation, car votre cerveau entre dans la situation aussi dangereuse. C’est une longue phase, il faut être positif, fier de ce que nous avons accompli. »

Extrait de la déclaration d’un étudiant consultant aux Happsy Hours

Une des choses que nous apprenons en thérapie cognitivo-comportementale est qu’éviter une situation nous amène à l’éviter de plus en plus . Pourquoi ? Parce que c’est la seule solution que nous avons trouvée pour réduire l’anxiété et cela fonctionne, alors répétons-la. Mais il y a Encore d’autres !

Quelle que soit la méthode, et même si c’est d’autant plus difficile si vous êtes sociophobe, il est important de consulter un professionnel. Ce type de trouble est très facile à traiter, mais ne disparaît pas par lui-même .

Vous pouvez prendre rendez-vous avec apsytude ou contacter un psychologue ou un psychiatre.