Importance du diagnostic précoce dans le cancer de la prostate

Importance du diagnostic précoce dans le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes en France loin devant le 2nd cancer (cancer du poumon). Il représente 25% des cancers masculins et son diagnostic est bon lorsque le cancer est diagnostiqué tôt.  Il a été suggéré que jusqu’à 50 % des cas de cancer de la prostate peuvent ne pas être détectés avant un stade avancé. Cela est dû au fait que ce cancer a une progression extrêmement lente et que de nombreux hommes atteints du cancer de la prostate ne ressentent aucun signe ou symptôme avant un stade beaucoup plus avancé de la maladie. La meilleure façon pour les médecins de diagnostiquer le cancer de la prostate est de procéder à un toucher rectal.

Le diagnostic précoce du cancer de la prostate

Le diagnostic précoce est crucial pour améliorer les résultats des patients atteints du cancer de la prostate car les maladies localisées ont des taux de survie plus élevés que les maladies à un stade avancé. S’il est détecté à un stade précoce, il est également plus facile à traiter et à gérer, avec moins d’effets secondaires permanents par la suite. Plus vous le dépistez tôt, plus vous avez de chances de vivre une vie plus longue et plus saine, sans chirurgie invasive, radiothérapie, hormonothérapie ou autres formes de traitement ultérieur. A un stade avancé de la maladie, les chances de survie diminuent.

Lire également : Comment perdre 3 kilos en 1 semaine ?

Comment détecte-t-on le cancer de la prostate ?

Les stades du cancer de la prostate sont basés sur la localisation et l’étendue de la maladie. Le taux de PSA (PSA signifie antigène spécifique de la prostate, une protéine présente dans la prostate) permet de valider le diagnostic. Le cancer peut être

  • Local ou limité,
  • Régional,
  • Distant ou avancé.

Plusieurs tests permettent de déterminer avec précision si vous avez un cancer de la prostate. En plus de l’examen physique et des analyses sanguines, votre médecin peut recommander un toucher rectal pour vérifier l’état de votre prostate

A voir aussi : Quel est l'impact du sport sur la santé ?

Examen rectal numérique (ERD)

Le toucher rectal est l’un des moyens les plus efficaces de détecter un cancer de la prostate. Au cours d’un toucher rectal, le médecin utilise un doigt ganté pour confirmer la présence d’irrégularités au niveau de la prostate. Si des zones anormales sont détectées, le médecin procède généralement à une biopsie et/ou à une aspiration (prélèvement d’une petite quantité de liquide à l’aide d’une aiguille) pour pouvoir le faire analyser. Le toucher rectal est presque toujours effectué en association avec d’autres examens, notamment une échographie rectale, un examen non invasif qui utilise des ondes sonores pour créer une image de la prostate et des zones voisines dans le rectum.

Test PSA

Le test de l’antigène prostatique spécifique, communément appelé test PSA, est utilisé pour mesurer la quantité d’antigène prostatique spécifique (PSA) dans le sang. Le test PSA est plus souvent réalisé dans les cas de cancer de la prostate actif, mais il est également effectué chez les hommes qui présentent un risque élevé de développer un cancer de la prostate en raison d’antécédents familiaux. Le taux de PSA est élevé en cas de cancer de la prostate, mais il n’est parfois pas assez élevé pour confirmer que le patient a un cancer. Le test PSA est généralement demandé en même temps qu’un toucher rectal, mais il peut aussi être demandé seul. Au début, la fourchette normale se situait entre 0,05 et 4,0 ng/ml (ng/ml est l’unité de mesure du PSA et correspond à un millionième de gramme). Cependant, avec les progrès du test PSA, la fourchette normale est passée à 0,7-4,0 ng/ml.

Détection des tumeurs et biomarqueurs

Si de nombreux tests sont utilisés pour aider à confirmer le diagnostic du cancer de la prostate, il existe également un certain nombre de biomarqueurs qui peuvent indiquer le degré d’agressivité du cancer. Les marqueurs tumoraux peuvent être utilisés pour aider les médecins à mieux déterminer les options de traitement, les résultats pour le patient et la probabilité de survie. L’un des marqueurs tumoraux les plus courants est le score de Gleason. Il s’agit d’un score numérique calculé à partir des résultats d’une biopsie de la prostate et utilisé pour aider les médecins à déterminer l’agressivité du cancer. Plus le score de Gleason est élevé, plus le cancer est agressif. Un autre marqueur tumoral courant est l’indice d’ADN, qui est une mesure du niveau d’endommagement de l’ADN dans le tissu prostatique. Les dommages à l’ADN sont causés par des protéines appelées oncogènes, qui sont généralement inoffensives mais peuvent devenir dangereuses si elles ne sont pas réparées.

Tests actuellement définis pour le diagnostic du cancer de la prostate

De nombreux tests sont utilisés pour dépister le cancer de la prostate, mais ils ne sont pas encore assez spécifiques pour être utilisés seuls comme seul moyen de diagnostic. Ensemble, ils peuvent être utilisés pour former un diagnostic plus précis, mais ils ne peuvent pas remplacer les tests traditionnels qui sont nécessaires à la précision du diagnostic. Ces tests sont actuellement définis pour le diagnostic du cancer de la prostate :

  • Le toucher rectal de la prostate,
  • Le test PSA, la biopsie et/ou l’aspiration du tissu prostatique,
  • L’IRM de la prostate,
  • La scintigraphie osseuse des os autour de la prostate et
  • L’analyse du sperme.

Comment se développe le cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate est une maladie qui se développe lorsque les cellules normales de la glande prostatique deviennent anormales. En se développant, ces cellules anormales peuvent obstruer l’écoulement de l’urine et causer des problèmes de miction. Parfois, ces cellules anormales peuvent presser contre l’urètre, le bloquant complètement et causant des problèmes pour uriner. Cependant, plus tôt ces problèmes sont diagnostiqués, meilleures sont les chances d’obtenir un traitement qui permettra de guérir la maladie. Dans de nombreux cas, le cancer de la prostate se développe à cause de :

  • Des mutations génétiques – Certaines mutations dans les gènes sont présentes chez certains hommes et sont associées à un risque accru de cancer de la prostate.
  • L’environnement – Certains facteurs et comportements liés au mode de vie sont associés à un risque accru de cancer de la prostate.

Facteurs de risque du cancer de la prostate

Les hommes qui ont des antécédents familiaux de cancer de la prostate courent un risque plus élevé de développer cette maladie. D’autres facteurs de risque ont été associés à un risque accru de développer un cancer de la prostate, notamment :

  • L’âge – Le cancer de la prostate est plus fréquent chez les hommes âgés de plus de 60 ans.
  • La race – Les hommes afro-américains sont plus susceptibles de développer un cancer de la prostate que les hommes blancs.
  • Le diabète – Les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles de développer un cancer de la prostate.
  • Le tabagisme – Les hommes qui fument sont plus susceptibles de développer un cancer de la prostate.

Comment prévenir le cancer de la prostate ?

La meilleure façon de prévenir le cancer de la prostate est de maintenir un mode de vie sain. Cela signifie avoir une alimentation saine, faire de l’exercice régulièrement et dormir suffisamment chaque nuit. Il est également important d’avoir des rapports sexuels protégés et d’effectuer un contrôle annuel auprès de votre médecin. Si vous présentez un risque élevé de développer un cancer de la prostate, vous devriez discuter avec votre médecin pour savoir s’il est préférable pour vous de faire un test PSA chaque année. En effet, le taux de PSA dans le sang n’indique pas nécessairement la présence d’un cancer. La meilleure façon pour les médecins de diagnostiquer le cancer de la prostate est de procéder à un examen rectal numérique.

 

En conclusion, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes. Rarement détecté tôt, il reste un cancer sérieux qui fait de nombreuses victimes chaque année, mais son pronostic est bon, voire très bon lorsque le traitement intervient rapidement. Le facteur génétique jouant un rôle dans les facteurs de risques, toute personne ayant des antécédents familiaux doivent mettre en place une veille pour s’assurer qu’ils ne développement pas un cancer. Une visite annuelle chez un urologue oncologue étant le meilleur conseil que nous pouvons vous donner.

à voir

Pourquoi vaporiser le CBD ?

Que se passe-t-il lorsque vous fumez ou évaporez du CBD et que vous l’absorbez par vos poumons ? L’effet est-il différent, peut-être même meilleur ? Vous pouvez ...