Entreprise

Choisir sa pompe de surface : comment s’y prendre ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Peut-être que vous ne le savez pas, mais vous avez certainement plusieurs points d’eau gratuits autour de vous. Un peu comme les bassins et les cours d’eau, il est parfois difficile de cohabiter avec ça et l’utilisation d’une pompe de surface peut s’avérer nécessaire. Dès lors, pourquoi ne pas utiliser ces sources d’eau afin de réduire votre facture d’arrosage ? Voici comment utiliser une pompe de surface.

Une pompe de surface : c’est quoi ?

Une pompe de surface est un dispositif qui permet de puiser de l’eau dans un point A vers un point B. Elle se place hors de l’eau, sur une surface plane et tout au-dessus du point d’eau. On estime qu’elle est l’opposée d’une pompe immergée qui, une fois installée, doit simplement pomper. Pour la pompe de surface, il permet de récupérer de l’eau en provenance d’une rivière, d’un bassin, d’un puits ou d’un cours d’eau. Pour la profondeur d’aspiration, elle est de 7 m. Au-delà, le mieux serait de privilégier une pompe immergée.

A lire également : Automobile : les chiffres du marché au premier semestre de 2018

On la pompe de surface dans le but de récupérer l’eau de ces points d’eau gratuits dans le but d’arroser son jardin dans les travaux de nettoyage domestique un peu comme la voiture.

A lire aussi : Pourquoi faut-il automatiser vos portails ?

Choisir sa pompe de surface : comment faire ?

Pour bien choisir sa pompe de surface Iwoara, il est important de bien prendre en compte plusieurs éléments, dont le débit et la pression. Le débit représente la quantité d’eau que votre pompe de surface peut pomper en un temps donné. Il s’exprime en m3/h et si vous disposez d’un terrain de 400 m², il faut choisir de 1 à 2m3/h. Entre 400 et 800 m², il faudra passer par une pompe de surface obtenant un débit de 3.5 m3/h. En cas de gros terrain, il faudra un débit de 4m3/h.
Pour la pression, le plus souvent, elle est exprimée en bars. Toutefois, il est possible de la retrouver exprimée en MCE et va prendre en compte trois éléments : le nivelé de l’eau de votre source, le point le plus défavorable ou encore le point le plus défavorable de votre installation. Pour le dénivelé, il s’agit de la hauteur géométrique entre le niveau de votre source d’eau et celui le plus défavorable de l’installation. Il faut alors dire que la pression utile permet à toutes les installations de fonctionner de manière appropriée, notamment pour une utilisation domestique.