Mode

Quelle longueur pour un pantalon large ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La fin des leggings Après l’épisode au niveau d’une taille, nous procédons à un pantalon, qui cette fois approchera le point des morts. Qu’est-ce que « comme » veut dire ? C’est l’image globale que le tissu acquiert lorsqu’il est porté : sa forme, son amplitude, ses plis et sa longueur.

A gauche, ce que nous voyons trop souvent, à droite, ce que nous aimerions voir.

A lire également : Quel type de chaussure avec pantalon ?

Les déchus : surtout une question de longueur

Pour un bon cas, la première idée est de laisser tomber le pantalon. Le tissu devrait accrocher au lieu de tomber sur la chaussure en tirant le visage, il est donc important de ne pas avoir de pantalon trop long.

Lire également : Quel type de haut avec une jupe ?

Voici des pantalons suspendus. Source : Spalla Corée.

Trop longtemps, le tissu s’affaisse sur lui-même, et la jambe est déformée. Source : Flamby Il est rare aujourd’hui de voir des pantalons trop longs, comme c’était il y a dix ans. Avec des pantalons très courts qui révèlent les chevilles, nous sommes allés globalement à l’autre extrême, et ce s’applique également à l’environnement des hommes. Le deuxième cas est esthétiquement meilleur que le premier, parce que le pantalon est tombé, mais à la fois trop long et trop court manipulent la silhouette.

Le pantalon trop long prolonge la silhouette au bas, alors qu’à ce stade il doit être raffiné pour obtenir une projection en V. Les pantalons trop courts réduiront la hauteur perçue de la jambe.

Les secousses de Pitti se sentent subversives en pointant leurs chaussettes moyennes jaunes à 10 cm, tandis qu’aujourd’hui certains marchent dans un short fila blanc et des chaussettes hautes. Normalement, la cheville se trouve seulement en position assise. Comme si vous l’aviez déjà lu, les pantalons qui cassent légèrement dans le sol sont acceptables, ainsi que des petits shorts. Le choix dépend du goût et de la mode. Puisque la beauté dans le style classique est souvent détaillée et précise, on peut toujours considérer des pantalons qui ferment simplement la chaussure sans jamais casser, comme solution optimale. Techniquement difficile, puisque le pantalon glisse légèrement au cours du port : en règle générale, vous décidez d’une marge courte et empêchez le pantalon de se casser de façon imprévisible.

Certaines chaussures sont plus élevées que d’autres, alors soyez prudent lorsque vous enfiler : les pantalons qui tombent simplement sur mocassin peuvent être trop longs sur le derby ou le Richelieu.

Les pantalons bretelles ont tendance à changer le niveau. L’accessoire est indispensable pour une grande précision de résultat.

Coupes de pantalons

Il y a deux visions de la coupe du pantalon, en fonction du rôle laissé au corps dans la définition de la figure : — La coupe ample et structurante : le tissu permet à la jambe de respirer complètement, et la forme du pantalon détermine également la forme de la silhouette. C’est la vision classique/sartorielle. — La coupe serrée/non structurée ou non texturée : le tissu est proche du corps et c’est la jambe que cette fois partiellement ou définit complètement la silhouette. Nous pouvons parler de mince ou mince pour utiliser la terminologie moderne.

Une coupe lâche structure complètement la jambe.

Le principe de mince, au contraire, est de mettre en évidence les fesses, les cuisses, les mollets, et parfois les brûlures. Doit-on vraiment aller vers le pantalon large si nous faisons semblant de faire partie du mouvement sarturial ? Contrairement à ce que vous pourriez penser, la pièce est une minorité dans l’histoire. Les accolades classiques actuelles, les plis et autres normes sont des inventions du XXe siècle. Dans les premiers dandies, et même avant la révolution, les pantalons étaient assez serrés. Ce type de réduction a donc une légitimité historique, et son refus total équivaudrait à résumer le classicisme dans les années 20-30. Le serré n’est pas un problème en soi, le vrai souci est qu’aujourd’hui est généralisée plutôt que de coexister avec les coupes lâches, ce qui conduit à ce qui suit : (1) Des coupes fines ou minces sont appliquées aux types de pantalons qui ne les supportent pas. (2) L’une, bien sûr, tend à se rapprocher de ces réductions, même si elles doivent être évitées.

Les Dandies du XIXe portaient des pantalons serrés. Illustration : Paul Rainer

Les coupes amples sont un détail de l’histoire du pantalon. En dehors de cela, il faut néanmoins dire que la coupe lâche présente de grands avantages par rapport à la coupe ajustée : (1) il donne de la stature et un aspect robuste ; 2) supprimer les défauts physiques ; 3° c’est beaucoup plus pratique. Le seul avantage du serré est finalement de mettre un beau corps sous les projecteurs (se défendre).

Photo de l’excellent article Stiff Crags sur la ligne de jambe. Les pantalons amples conservent un bon poids malgré une posture atypique de la jambe ou un excès de graisse ligne, alors qu’il serait complètement déformé avec un ajustement mince.

En raison de la complexité des articulations du pantalon inférieur du corps ont toujours causé des problèmes. La solution la plus pratique est théoriquement de séparer la jambe en deux, par exemple, avec des culottes et des bottes/sangles souples (solution choisie par l’armée pendant la Première Guerre mondiale). Les pantalons du XIXe siècle ont été considérés comme inconfortables, ainsi que ceux du prêt-à-porter actuel, un problème résolu par le pantalon classique grâce à leur généreuse amplitude.

La coupe classique du pantalon

Le pantalon classique, plissé ou plissé, est sans aucun doute la pièce la plus caractéristique du style classique et du mouvement sarturial. Il se compose de plis ou de plis en tissu à l’avant et à l’arrière.

Tout le monde connaît le « pantalon de costume » avec des plis du milieu devant et arrière. Si les plis se composent réellement de rides du tissu, qui sont pincés dans la ceinture, cela est appelé pantalon « pincé ». Pas de choix ici : on croit que la pièce a un grand périmètre, c’est-à-dire de ne pas épouser les formes de la jambe. Pour le même niveau de confort, le pantalon a besoin de beaucoup plus de matériel en position assise seulement en position debout. Si vous placez suffisamment de matériel pour le siège, pas de problème de facilité sur toute la gamme de mouvement, d’autre part, il y a un excès de matériau debout qui peut être préjudiciable à la figure (plutôt malheureux, car il est que le pantalon est perceptible et mieux beau). Ici, les plis interviennent : le tissu a assez de matériau pour couvrir tout le mouvement, mais se replie vers la verticale pour paraître moins encombrant et confondre la jambe. Les supports permettent d’ajouter encore plus de matériel – et donc de confort – et en même temps de maintenir la même reproduction.

Après Les crochets intérieurs sont appelés crochets français. Pour ceux vers l’extérieur (voir photo précédente) nous parlons de pinces italiennes.

Sur ces pantalons pas de pinces mais un pli très prononcé. Ainsi, à la hauteur de la coupe, le pli avant doit être marqué droit et continu, sans jamais s’estomper sur la cuisse, le pli arrière doit commencer en ligne droite de la fesse à la cheville, et toutes les poches et les accolades doivent être fermées debout.

Bernard Zins Pantalon

Si vous avez peur de porter des clips lâches, vous pouvez briser le côté « grand-père » avec une veste très décontractée et brute, comme une veste en jean (veillez à ne pas le prendre trop serré pour respecter les proportions de pantalons et ne pas donner l’impression que vous avez des hanches larges). Source : PermanentStyle.

En hiver, vous pouvez utiliser le bombardier avec un Osez col roulé, qui est niché dans un pantalon en flanelle taille haute. Source : Milad Abedi. Si le pantalon marque les fesses ou les cuisses, les plis et les accolades sont déjà ouverts en position debout, ce qui ruine à la fois leur esthétique et leur effet pratique. Aujourd’hui, nous voyons beaucoup de pantalons plissés qui reviennent dans des coupes fines ou même minces : les plis du milieu se fanent sur la cuisse, tandis que les poches et les bretelles potentielles sont ouvertes en permanence. Certains vont défendre cette vision, je trouve le résultat grotesque de ma part : pour montrer les éléments introduits de cette façon, il y a vraiment un rendu exagéré, j’ai la même impression qu’un mauvais remake d’un film des années 80.

Ici, la coupe est trop serrée. Les pinces sont ouvertes, le pli du milieu est complètement revêtu sur la cuisse et perd son effet.

D’un manque de matériel dans les fesses vient souvent le problème : de l’angle des fesses, le pantalon doit passer en ligne continue. Les coupes étroites sont plus étroites à la fois sur la cuisse (la base des fesses) et sur les fesses tournent en eux-mêmes.

Illustration d’un manque de matériel au niveau des fesses : la plaque de tissu sur l’ischio et la ligne des feuilles de plissage sont complètement incurvées en bas.

Si le pantalon tire trop sur les fesses, les poches s’ouvrent (comme ici à gauche), créant un effet disgracieux. Quoi qu’il en soit, le pantalon sartorial actuel est toujours influencé par ce type de serré. Ils ont souvent tendance à être aussi en forme que possible, en appuyant légèrement sur la forme des fesses (mais sans les marquer complètement comme avec les minces). Le rendu de profil n’est pas le même qu’il était il y a un siècle.

La règle classique est que le pantalon descend en ligne droite de la partie la plus large des fesses. Le Le pli est fermé à l’arrière, formant le soi-disant « drapeau ». Comme sur la photo, aujourd’hui beaucoup de pantalons ont tendance à être aussi en forme que possible. Source : Zane Lim

La coupe des autres pantalons

En plus des pantalons plissés classiques, il existe des pantalons dits « plats », qui concernent aujourd’hui les chinos et les jeans. Traditionnellement, les chinos militaires étaient portés assez loin, mais nous voyons aussi des coupes plus étroites dans les vieilles photos de l’Ivy League. Par nature, les jeans sont devenus presque un vêtement serré.

Les pantalons plus décontractés, tels que les chinos ou les jeans, peuvent et doivent être portés plus près du corps en raison de l’absence de plis.

Les étudiants de la ligue Ivy à Chino.

Jeans est une pièce qui revient en plus des vestimentaire, malgré son origine, des vêtements de travail. Quand j’ai développé le pantalon plat ajusté, il y a une véritable régression technique et esthétique par rapport au pantalon classique. C’est moins pratique et ne va qu’à quelques personnes. Pourquoi tout le monde est-il enveloppé dans un jean skinny aujourd’hui ? Plusieurs facteurs peuvent être distingués : — Les pantalons plats sont plus faciles à entretenir — mode proche ancrée comme un symbole de libération sexuelle après 68, mode de remise en forme — Le pantalon de serrage était un avantage économique (plus facile et plus rapide à fabriquer, plus facile à imaginer, etc.). Compte tenu de cette expertise, il est aujourd’hui presque impossible de ne pas posséder quelques pantalons ajustés. Même à travers Chino, on va au sartorialisme.

Ici, les chinos sont suffisamment adaptés. Source : Bernard Zins.

Cependant, j’exclurais la somme étroite (mince) : trop temporaire, beaucoup trop loin des normes esthétiques classiques actuelles.

Fold Appeal est une pratique de marketing qui consiste à rendre les vêtements présentables lorsqu’ils sont pliés. Il pressa le pantalon pour redresser (et donc serré) sur les hanches. Dans le cas de coupes étroites, la Les pantalons suivent idéalement la cuisse sans les mettre trop en évidence pour maintenir une ligne logique et ne pas créer une tension excessive. Un haut étroit sur la jambe en conjonction avec un fesses lâches est disgracieux.

Les chinos plats ont l’air assez ennuyeux par rapport aux pantalons rembourrés. Cependant, à bien des égards, c’est une bonne affaire : il est peu coûteux, il peut être trouvé partout dans une variété de coupes est indispensable pour les débutants, puis joue le rôle de pantalons supplémentaires. Source : Drake

Les fesses sont marquées, et la coupe suit la jambe de manière équilibrée : jamais le tissu n’est trop revêtu sur le corps.

Grâce à sa toile épaisse, les jeans peuvent être très appropriés et en même temps conserver une apparence assez uniforme. Une source : @david_park07 Si le pantalon plat n’a pas de plis ou de clips, il a encore des poches qui s’ouvrent, surtout si elles sont trop est serré. Une astuce dans ce cas est de choisir des chinos avec des poches de pull au lieu de poches obliques. Le montage horizontal empêche l’ouverture en cas de tension.

Initialement prévues pour être accessibles depuis les sports équestres, les poches « rider » sont également présentes sur la plupart des jeans. Ils sont un peu plus rares avec des chinos mais sont un choix intelligent pour éviter l’ouverture des compartiments.

Sur les pantalons classiques, ils peuvent apporter une variation subtile. Source : Ambrosi/L’Armurerie. Après tout, avec l’excès de graisse, deviennent des cuisses imposantes ou une posture de jambe « anormale » (arquée ou ajustée) se déforment, le pantalon se déforme et ne fait pas une belle jambe. Dans ce cas, il est préférable de donner la préférence aux coupes larges.

Notez que plus le buste est structuré par le vêtement pour lui donner un aspect athlétique et angulaire (hauteur de cheval, forme inversée, forme des épaules, forme des épaules, Dos cut…) et plus le sol doit être grand afin de ne pas créer une disproportion. Pour cette raison, les pantalons lâches portés sans veste ne sont pas nécessairement très esthétiques, car le fond semble disproportionné par rapport au buste (sauf si elle est musculaire, et dans ce cas il y a un rééquilibrage visuel se déroule naturellement, aussi pour cette raison, une veste moins structurée est meilleure pour la physique athlétique approprié, sinon il y a surcompensation du corps). Inversement, vous pouvez être un amoureux de la silhouette « Saint Galmier » (bouteille de Badoit), qui ramasse les codes esthétiques des vêtements de taille. La taille est serrée, et les épaules étroites pour les manches lâches et un bassin assez large, mais la cuisse et le mollet sont également serrés. Ce type de figure est plutôt réservé à un homme petit et très mince, sinon il semblera vraiment grotesque.

Évitez de porter une veste avec un chino ou un jean à combiner avec une coupe trop taille. Le décalage dans la structure et l’amplitude peut provoquer une rupture trop importante dans la ligne de silhouette. Sur un pantalon plus large, la figure est à nouveau nivelée. Source : Giovanni Antonio.

Ouverture de cheville

Il reste à parler de l’ouverture de la cheville. La tendance aujourd’hui est d’avoir un bas étroit de pantalon, qui ne change pas nécessairement la reproduction globale. D’autre part, l’ouverture de la cheville sert à restaurer l’harmonie avec la longueur des chaussures. Un bas étroit avec un derby légèrement long ou de grands pieds peut donner un aspect clown. Assurez-vous de moduler correctement l’ouverture en fonction de la situation.

L’ouverture de la cheville peut être plus ou moins étroite, mais doit respecter l’harmonie avec la chaussure et le haut du pantalon.

Les chino ne couvrent pas suffisamment la chaussure pour soutenir ce modèle. Le pied semble trop long être.

Si le pantalon est trop serré en haut (souvent au genou), le bas peut être complètement repoussé : dans ce cas, la partie inférieure forme une sorte de « éperon », le pantalon ne couvre plus la chaussure, mais est plaqué à l’avant de la cheville. Porter des chaussures longues devient problématique, car le bas du pantalon ne joue plus son rôle.

trouve

Il est difficile de faire une vérité générale sur la coupe du pantalon même du point de vue de ces armes. L’idéal est d’avoir une coupe qui respecte votre morphologie (taille, corps, cuisses fines ou musclées, taille des pieds, muscles fessiers parlés ou non, posture…) et ensuite chercher la consistance. De manière cohérente, nous entendons qu’une veste texturée (par exemple) est mieux adaptée aux pantalons amples avec des clips français, dont le rendu est un peu enflé. Si vous voulez des clips sur un pantalon plus approprié, préférez clips italiens, et si Si vous voulez un pantalon encore plus ajusté, donnez la préférence aux pinces sans crainte qu’elles ne s’ouvrent pas. Les pantalons décontractés sont mieux capables de résister aux fantasmes de la coupe et du matériau que les pantalons formels. Avec un jean ou un chino, vous pouvez vous permettre de le couper assez court, faire un revers à la main, le porter assez ajusté ou très lâche… et le reste doit être cohérent, par exemple, une veste complètement non structurée, qui est légèrement plus courte que la norme, si le pantalon est suffisamment assis et leur taille, bien sûr, bas est (un ajustement de la veste longue. mieux pour un pantalon taille haute). De la même manière, selon le matériau, vous devez être guidé par telle ou telle coupe : pantalon en matériau lourd mieux résister à une coupe lâche avec une longueur qui fera une belle cassante, tandis qu’une coupe ajustée est inconfortable et donne une forme de tire-bouchon inesthétique fragile. D’autre part, un matériau fin supporte mieux une coupe ajustée et une brûlure au sol ou une coupe assez courte (le fragile sera disgracieusement un matériau léger). De même, une paire de mocassins soutiendra le pantalon raccourci beaucoup mieux, puisque les deux sont associés à la relaxation estivale. Si vous prévoyez de garder votre pantalon pendant une longue période, essayez de rester près des canons classiques, plutôt que de faire face aux extrêmes qui seront plus forts dans leur mode.

Trouver plus de produits La Bonne Coupe

La Good Cup 1 : Survivre aux tranchées Sur la longueur du trench, sa flexion, la position de la ceinture et des boutons… rejoignez nos amis chez BonneGueule 🙂 The Good Cup 2 : Rides votre pantalon Début d’une série d’articles qui traitent des différents aspects de la coupe du pantalon, pointant vers des problèmes récurrents avec le doigt, en commençant par la hauteur du pantalon. Résumé : faible Les tailles sont merdes ! La Good Cup 3 : La fin des leggings Nous procédons au pantalon, cette fois approchant du point du déchu, c’est-à-dire l’attrait général que prend le tissu : sa forme, son amplitude, ses plis et ses salongers.